lundi 28 janvier 2008

Hommage à J-Y

EXPO “Skate Study House” chez Colette


D'habitude je ne suis pas spécialement un grand fan de ce que produit la culture skate d'aujourd'hui mais la il y a vraiment un truc....

Drame


Souviens toi, nous sommes en mars 1994, il est environ 14h30, tu digères doucement un purée-jambon confectionné avec amour par maman et tu t'apprêtes à rentrer en classe. Tu t'assis comme d'habitude à côté de Romain ton meilleur copain et la maîtresse commence à expliquer le programme de l'aprés-midi. Eh là c'est le drame...car tu a oublié de demander à maman ce petit objet si familier des petites classes: LA PALETTE À PEINTURE autrement dit un morceau de polystyrène ayant contenu au choix une délicieuse escalope de dinde ou une horrible langue de boeuf....Devant ce problème qui te parais alors comme le plus grave que tu ais rencontré, tu ne peut t'empêcher de tomber en larme. Et enfin, rebondissement, un ange arrive....et oui la jolie Appoline arrive à ton secours en te donnant non seulement sa deuxième palette mais aussi un large sourire qui te laisse fondre sous ton T-shirt Waikiki...Ainsi, est né un graphiste.

Otto kass





>Juste un tour par la casse auto se weekend...

dimanche 27 janvier 2008

Graffiti écolo


Enfin un guguss qui ne fait pas que des gribouillis sur un muret...comme aurait pu dire Mc Jean gab'1. Le travail d'Alexandre Orion AKA Ossario permet de dire qu'il y à encore des gens qui vont nous mettre sur le cul avec des idées à 10 francs ( ancien ). Mais ce n'est pas cela que je voulais développer. Je voulais simplement relier sa démarche à celle de mon sujet de diplôme de fin d'année. C'est-à-dire de se mettre en difficulté ou tout du moins de proposer des projets alternatifs à l'intérieur de milieux très codifiés comme peut l'être le milieu du graffiti.

Graphisme de fond de frigo


Il est évidant que le jeune graphiste en herbe doit toujours faire en sorte de stimuler sa créativité, peut importe le lieu, l'heure et la date mais parfois les fins de semaines sont dures alors il faut savoir faire avec les moyens du bord...C'est pourquoi je vous présente une de mes dernières productions typographique réalisée à partir de boîte à oeuf.

jeudi 24 janvier 2008

Du pas cher mais du bon.


Petit clip de Pop Lévi que je tenais à faire partager tant pour la chanson que pour le graphisme version "Trois bouts de ficelles et de la bière tiede".

mercredi 23 janvier 2008

L' esprit de Mai 68 est il mort?




Ceci est un des logos que j'ai développé pour un projet scolaire dont le thème est "A nous de parler-mai 68, 40 ans après".
La finalité de ce projet étant une exposition d'affiche sur ce thème aux Champs Libres du 26 mai au 21 juin 2008.

mardi 22 janvier 2008

Les frites sont chaudes...



Je tenais à vous présenter ce clip du groupe Hot Chip, dont j'apprécie la manière d'aborder la musique mais aussi la façon dont ils gèrent l'image et la communication du groupe.
A voir absolument le 18 mars à l'UBU.

Rock 'n Solex




Rock 'n Solex, on est nombreux à être d'accord pour dire que l'idée d'un festival mêlant ronronnement de bikes et larsens de guitares c'est plutôt une bonne idée. Mais soyons franc, au bout d'une quarantaine d'éditions la communication basée sur le mélange de morceaux d'instruments et de bouts de solex commençait vraiment à nous donner envie de rester regarder Thalassa.....
Alors, voici mes deux propositions inspirées du film Easy rider.Pour conclure j'ai juste envie de dire : osons la photo cette année!

Fready-made is back


Fredi freak souhaite présenter ses excuses pour cette petite période d'absence. En effet, affaibli par un cumul de maladies, ajoutées à un retour de réveillon difficile et pour finir par une petite flemme hivernale du plus mauvais effet. Alors, je tenais juste à dire à mes détracteurs que ce blog n'est pas mort mais qu'il revient de loin.....
Heureusement aidé par une mer de médicaments pas automatiques, je remontes à la surface et suis prés à en découdre.
A bon entendeur, salut.

lundi 21 janvier 2008

Les Mondes virtuels

Diplôme de fin d'année

Le sujet se mon diplôme de fin d'année portera sur le rapport entre l'oeuvre et le spectateur. Plus particulièrement du fait qu'une certaine catégorie de personnes, les étudiants et les jeunes actifs ne sont que très peu sensibles à l'art et ne se déplacent jamais dans des musées ou dans des galeries.
Ainsi, également dans une démarche visant à rapprocher le spectateur de l'oeuvre, le Frac a décidé de s'exposer à la faculté de Nantes.
En effet, du 26 février au 16 mars 2007, le FRAC (Fond Régional d’Art Contemporain), en partenariat avec le Service Culturel de l’Université de Nantes, a déplacé une partie de sa collection sur le campus de l'université de Nantes. Ce projet qui a mis un an à germer a permis aux étudiants de pouvoir découvrir des installations visuelles et audiovisuelles auxquelles ils n'auraient sûrement jamais eu accès. Ce genre d'événement à laisser les organisateurs dans un certain embarras face au choix des artistes sélectionnés. En effet, les lieux d'exposition étant très peu sécurisant ont réduit la marge de manoeuvre des programmateurs mais leur on quand même permis d'offrir une visibilité aux productions d'artistes importants comme Régis Peray qui présente une vidéo intitulée "Patinage artistique au musée des beaux arts de nantes" sur laquelle on le voit exécuter une performance consistant à faire du patinage avec des patins pour parquet. David Weiss et Peter Fischli, quant à eux, donnent une petite leçon de cinéma en présentant un long travelling d’effets de causes et conséquences. Tous ces artistes et bien d’autres sont regroupés autour de l’exposition « Jump » avec comme point commun une démarche artistique centrée sur le mouvement.
Ainsi, on peut voir par le biais de cet événement que des tentatives ont été mener pour rapprocher les étudiants et l'Art contemporain. Mais cette démarche cible uniquement les personnes étant inscrit à l'Université et un uniquement celle de Nantes. Ainsi, mon concept de galerie hors les mûrs s'inscrit dans la volonté de toucher la quasi globalité de cette cible : les étudiant et les jeunes actifs. De plus, le fait d'exposer dans des lieux ouverts ne permet pas de donner une sécurité aux oeuvres des artistes.